LA PHILHARMONIE

*

  phi

*

“Offrir tout un arc-en-ciel, de lumière et de couleurs,

pour l’unité et la diversité, des Hommes et du Monde.”

 

 C’est ainsi qu’est formulé l’objet statutaire de notre Fonds :

« Offrir tout un arc-en-ciel, de lumière et de couleurs, pour l’unité et la diversité, des Hommes et du Monde. Créer un espace-temps de réflexion idéal, où il est donné de contempler ensemble l’Un, l’Autre et l’Harmonie qui peut en naître. À but culturel (au sens le plus étendu), la Philharmonie aura notamment pour objet : de promouvoir, réaliser et pérenniser son projet d’arc-en-ciel en lui donnant toute sa force symbolique ; autour de la poésie chromatique, s’efforcer à construire un ensemble le plus heureux possible ; le conserver, l’enrichir, le faire rayonner ; le rendre accessible au plus grand nombre ; mettre l’ensemble à disposition de la France, des Nations Unies, du Monde ; fonder un Musée des Couleurs, centre vivant de création, de recherche et de diffusion, de rencontres, de partages et d’échanges ; plus largement, associer son effort à tous ceux qui sont animés par un Esprit des Lumières, qui placent au centre de leurs actions les idéaux d’unité et de diversité comme facteurs de paix et de progrès, que ces réalisations ou tentatives soient artistiques, scientifiques, humanitaires, économiques ou écologiques ; enfin, pouvoir servir toute cause d’intérêt général. »

*

_MG_1599 - copie

*

La Philharmonie des Couleurs a élu domicile à Bohéries, ancien site cistercien fondé en 1143, dans le département de l’Aisne. Abbaye devenue filature après la Révolution, elle appartient début XXe au grand-oncle d’Henri Matisse. Ce dernier immortalisera les lieux avant un incendie en 1907. Après reconstruction, l’usine devient tissage, puis papeterie en 1968. Cette dernière fermera ses portes en 2012. Avant notre arrivée, en 2014…

Abriter à Bohéries la collection sans cesse enrichie du Fonds, la présenter à un large public (autant régional qu’international) dans son lieu même de recherche-création (un cadre historique, architectural, paysager exceptionnel), ceci en interaction progressive avec une programmation-diffusion de haute qualité, le tout dans un esprit de pluridisciplinarité complémentaire : tel est donc ici notre ambitieux objectif tout-en-un. Comme un beau trait d’union entre passé, présent et avenir : un arc-en-ciel. Projet de Bohériales

E

—————————————————

E

logoNB

E

La Philharmonie des Couleurs, ce sera donc…

*

* Un monument historique en perpétuel devenir… Près de 15 000 m2 baignés de lumière, entièrement consacrés aux couleurs. Où se mêleront, à travers expositions permanentes et temporaires, toutes les approches possibles : artistiques, scientifiques, poétiques… Chromatiques, des atomes aux étoiles, et du cœur. Composant ainsi un certain idéal humaniste et universaliste, d’unité et de diversité fraternelles.

* Une salle de philharmonie modulable, avec un grand orgue. Pour la musique, l’opéra, la danse, le théâtre… Tous les arts vivants.

* Un jardin… Naturellement repensé à partir de ces beaux restes, tant de l’hydraulique cistercienne que du parc romantique ; du temps qui passe, ainsi que la rivière… Rive basse, le jardin d’ombre et d’eau. Rive haute, le jardin solaire, potager et fleuri ; verger, roseraie, carré des simples

* Un très bon restaurant… Cuisine d’ici et d’ailleurs, biologique.

* Des chambres d’hôtes confortables.

* Des ateliers de recherche et de création ouverts à tous.

* Un lieu – un esprit – d’accueil, de paix et de convivialité !

*

—————————————————

 

Les Bohériales

 

Dans l’Univers, le grand “passeur“, c’est la lumière… Par vagues de ces infimes particules (les photons), la lumière a le premier rôle pour transmettre énergie, information… De corps à corps… Et ce sont ses nuances (d’amplitude, de fréquence), les ombres, leurs chaleurs respectives, le contraste de leurs couleurs (visibles et invisibles), c’est tout cela qui unit et différencie les corps constituant la matière (émetteurs, récepteurs, transmetteurs)… Leurs formes, mouvements, et tout ce qui s’ensuit d’actions, de réactions, de sensations… Pour l’Art comme pour la Science, tout (ou presque…) est donc affaire de lumière ! Et dans ce Poème de la Nature qu’ils écrivent et décrivent (chants – danses, chiffres – lettres, signifiants – signifiés), tout est affaire de couleurs (voir Note en fin de rubrique)…

Perpétuant ainsi (à sa manière) cette tradition de Philosophie Naturelle, la Philharmonie proposera donc un musée-laboratoire pour tous, où ces deux vieilles familles feront alliance (bon commerce et bons ménages) : les Arts (comme sciences du plurivoque et Sensible) et les Sciences (comme arts de l’univoque et Sensé). Avec les Couleurs pour intérêts communs, passions partagées… Les joies additionnées de penser et goûter ; du sentiment, de la sensualité ; plaisirs décuplés de tous les sens : le divin Toucher, heureusement décliné, ad infinitum… Un pour tous et tous pour un, donc ! Le Cercle Vertueux et chromatique… Tel une Chorale des Lumières, travaillant de concert à quelque grand projet d’Ensemble… Les Bohériales, projet d’Aurores et d’Harmonies toujours nouvelles et enrichies…

Ombres Heureuses…

.

(Pour tout renseignement sur l’atelier des Bohériales, voir Contact, à la rubrique “PRATIQUE“...)

———————————

*

Un coup…

dobbelstenen 2 ..zwaan

Espérément d’aile !

 

 

« Peindre tout un arc-en-ciel… Un ensemble innombrable de toiles organiquement liées par leur unité et leur variété. Comme un grand bain de couleurs infiniment changeantes. Pour le seul plaisir d’y plonger… C’est ainsi que je comparerais volontiers mes tentatives à quelque Suite pour une cathédrale engloutie. Hommages claudiens… A Debussy… et ce dixième du Livre I, éponyme, des Préludes pour le piano ; le plus long, noté profondément calme, intense aussi et suspendu à l’extrême, sons inouïs, émergeants tels des joyaux des abysses. A Monet… et ses très riches heures pour la Cathédrale de Rouen, peintures inaugurales d’une sérialité ô combien féconde, comme autant d’épreuves d’une fusion poétique entre le sujet et l’objet. Vitraux. Prismes. De si proches lointains. Fonds… » 

                                                                                                                    K.R.

*

En guise de capital de départ, Kim Rebholz a fait don au Fonds d’un ensemble de plus de deux cents de ses œuvres (voir la rubrique “LA COLLECTION”).

 .

——————————

Note :

*

Par couleur(s) d’une chose (un système matériel) à un temps donné, on signifiera ce qui constitue son être même, sa quiddité, c’est à dire tout ou partie de ses propriétés ; propriétés constantes (comme le volume) ou changeantes : les actions et effets particuliers de forme, mouvement, énergie, etc… Par couleur(s), on entendra donc toute(s) nuance(s) du Monde, tout être, de tout temps.

La matière sera ainsi versicolore à double titre. Parce que les corps sont tous différents (indépendamment du temps) et parce qu’ils changent tous à chaque moment.

Remarque : on a le plus souvent coutume (par ailleurs) de limiter le champ lexical des couleurs aux seules variations du prisme œil-lumière-matière, aux différents rayonnements photoniques et autres excitations de particules ou champs afférents à l’électromagnétisme (dans leur rapport à un observateur) ; phénomènes lumineux innombrables et d’une complexité incommensurable en soi, impliquant des systèmes émetteurs-transmetteurs-récepteurs (infiniment réductibles et ramifiés) ; phénomènes dont l’Histoire particulière se confond à peu près avec celle, tout entière, de la Physique. Or, c’est dans le contexte de nos propositions sur l’existence d’un continuum universel, l’identification des forces (au sein de celui-ci) à la seule pression (infiniment déclinée) et l’interaction universelle (simultanée) qui en résulte (en permanence), que nous étendrons ici la notion de couleur(s) à tous les autres phénomènes de la Nature, à tout ou partie des propriétés de tous les corps (leurs effets, actions et interactions) : notamment, aux liaisons des forces-composantes gravitationnelle et nucléaires (fortes et faibles), à tous les systèmes de particules (des échelles atomiques et sub-atomiques, aux galactiques et intergalactiques) et à toutes sensations des corps. Les couleurs sont donc ici toutes nuances du Monde, toutes variations pour chacun du rapport à l’Autre. 

Cf. infra : Principes de Philosophie Naturelle, propositions Du Général (I) et notes associées (voir rubrique “PHILOSOPHIE“ du Menu) ; et extra

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


3 + 7 =


+